Votre panier
Recherche
Marques
Acces rapide
Accès rapide :

Josef OFER

 encre et dessin sur papier, Josef Ofer, Dock Sud
Dominique Clerc, Coïncidences 06, 2014



Josef Ofer,                                   




     Josef Ofer, portrait, Dock Sud
Josef Ofer
Le Retour de Josef Ofer (Connaissance des Arts)

Après dix-sept ans d'absence, l'artiste Josef Ofer a fait son retour sur la scène européenne. Les visiteurs de Drawing Now, le salon du dessin contemporain qui s'est déroulé au Carrousel du Louvre fin mars, ont découvert sur le stand de la galerie Dukan & Hourdequin (Marseille) un ensemble de dessins de cet artiste né en 1965 à Tel Aviv.

Ses mines de plomb évoquent l’art d’illustres prédécesseurs : Daumier pour la critique sociale cinglante, Goya pour les grimaces des personnages, Piranèse pour les architectures délirantes, Félicien Rops pour les nus féminins provocateurs. Intemporels mais d’actualité, ces dessins ont immédiatement trouvé leur public. Lors du salon, 62 feuilles ont été vendues, dont 40 à un musée privé suisse qui souhaite garder l’anonymat.

Celine Lefranc

Dessin, Ofer, Josef, Dock Sud

La Maison Ofer


Il y a du Goya chez Ofer. Mais me croira-t-on si je dis : cette parenté lui est assez douloureuse ? Cette douleur, elle s'annonce alors qu'il murmure : "La société, les hommes, je ne les aime pas", d'une voix douce - nous étions à la terrasse d'un café parisien. Le maître espagnol, lui, n'aimait guère les moeurs de son temps. Il y distinguait trop de folie, d'hypocrisie, de mascarades ; né dans un village simple, il souffrait de voir la vie livrée à des barbeaux vaniteux, aux superstitions, à l'Inquisition. Sourd mais "voyant". Ce monde l'excède : il le dit dans ses estampes, ses noirs, intitulés "Caprices" et ceux-ci secouent notre torpeur. En ce sens, nous partageons le point de vue de son fidèle ami Cean Bermudez lorsqu'il note que Goya "était persuadé que la censure des erreurs et des vices humains pouvait être également confiée à la peinture". C'est l'époque des derniers ressacs du siècle des lumières avant la montée de nouveaux cauchemars qui rendront les choses plus noires. C'est ce noir qu'Ofer visite, un noir comme sorti des estampes de Goya, et, alors, sa parenté au maître espagnol émerge.

Il avait pourtant commencé avec urbanité sa vie d'artiste. Etre un des plus jeunes élèves que l'Ecole des Beaux-arts de Paris ait jamais compté - il y entre à dix-sept ans - ça pose son homme. Mais, signe d'une prédestination, ce sont les animaux qui le fascinent, avec suffisamment de passion pour les peindre dans la splendeur de leur pelage, combattant, serpents bleus contre tigres jaunes, et, ensuite, tableaux faits, de les exposer avec succès en Europe. Quand soudain, tel un animal sauvage et las, le voilà qui disparaît.

Ne cherchez pas l'endroit sur les cartes : il s'installe dans un "trou" perdu, de 80 âmes, sur les bords du Rio Négro, en Amazonie, à Bacabal. On y parle le portugais et on y vit comme on peut ; d'après Ofer, comme on veut. Comme il voulait, sans patrimoine à protéger, sans maison à fermer à clé, sans rapports forcés de bon voisinage. C'est alors que ses "caprices" sortent de son esprit". Il dit : "Je suis convaincu que tous ces dessins ont travaillé dans ma tête en Amazonie".


Dessin de Josef Ofer, exposition Galerie Dock Sud

De novembre 2008 date le premier ; trois cents autres vont suivre. Il livre ce qu'il a "vu", sans rien dissimuler. D'où sortent ces squelettes truculents, effrontés qui dansent avec des femmes nues et potelées ? Ces funambules qui portent sur leurs têtes leurs malles, ou, à leurs cous, leurs trousseaux de clés ? Et ces crânes ouverts sur des précipices bordés de rayonnages de livres ? Et ces horloges qui ont pour aiguilles d'énormes ciseaux ? On dira de son esprit, certes, et ce sont comme des fantasmes. Mais si c'était autre chose, quelque chose de nous-mêmes, de notre façon d'être et de vivre ; et qu'au fond, Ofer aurait su saisir nos moeurs à nous, nos désordres à nous, notre propre insensibilité - c'est ce que voudrait dire ses squelettes. Et si ses femmes rient, on les sent mal dans leur peau, excentriques, excédées. Seuls surnagent des lions austères, des chats. De ces derniers, Ofer vante la noblesse. Ce coeur brûlé aime à dormir avec eux. Il en aurait aujourd'hui une centaine.

Alors, voudrait-il nous faire réfléchir sur nous-mêmes ? Il dit : "Les dessins, c'est la seule manière de développer un langage". Il aurait - du moins momentanément - abandonné la couleur pour rendre plus clair son langage. Il dit : "La raison dans certains cas est impuissante". Goya, lui, avait envisagé de mettre en tête de sa série des Caprices la planche n°43 : "Le sommeil de la raison produit des monstres". Sommes-nous des monstres ?

Nous ne répondrons pas, nous n'en avons pas le droit. Ofer, l'a-t-il ? Tout ce que je sais, c'est qu'il est né à Tel Aviv, en 1965, et qu'il a vécu ou personne ne va.

Jean-Pierre Barou

Consultez le catalogue des oeuvres de Josef OFER

Dessins, Drawing, Ofer, Galerie Dock Sud

Expositions majeures

2015 Drawings, Galerie Dukan, Paris, France
2013 Drawing Now, Galerie Suzanne Tarasiève, Paris, France
2013 3 days in Paris, Expositions de dessin contemporain dans les galeries du Marais, Galerie Suzanne Tarasiève, Paris, France
2011 Art Amsterdam, Galerie Dukan & Hourdequin, Amsterdam, Hollande
2011 Drawing Now, Galerie Dukan, Carrousel du Louvre, Paris, France


Consultez le catalogue des oeuvres de Josef OFER
Dessin 4, Josef Ofer, Dock Sud

Dessin de l

Newsletter
Inscrivez vous à notre newsletter.
Je m'abonne
Je me désabonne

Galerie DOCK SUD
2 quai Aspirant Herber
34200 SETE
tel : 0467740077
www.docksud-artgallery.com
www.dock-sud.com
contact@dock-sud.com

Dock Sud Facebook

Partager

Nos artistes: LI Wei - André CERVERA - SHEN Jingdong - WU Yiqiang - LIU Zhengyong - ZHUANG Weimei - SUN Chu - YI Ling

JIA Jing - LI Baoxun - LIU Bolin - YA Ri - LIU Zhi - Maurice-Elie SARTHOU

SouthDock-ArtGallery © tous droits réservés
Site réalisé avec PowerBoutique - creation site internet